Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nos coordonnées

Moulin Saint-Michel
Cours Paul Revoil
13890 Mouriès, Provence
Tél. +33 4 90 47 50 40, Fax +33 4 90 47 58 72
contact@moulinsaintmichel.com
www.moulinsaintmichel.com

Visite du moulin, vente et dégustation à la boutique


Ouverture toute l’année du lundi au samedi, de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h

La boutique en ligne
www.moulinsaintmichel.fr

Deux conditionnements originaux

La Gourde, l’huile qu’on emmène partout !

50db4d29ecf2f7beff883269bdb6ae71.jpgLe Moulin Saint-Michel a créé “La Gourde” pour permettre de mieux protéger son huile d’olive, si d’aventure elle vous accompagne aux quatre coins du monde ou tout simplement en pique-nique.

La Gourde existe en 50 cl
(huile AOC Vallée des Baux)

 

 

 

 

 

L’huile d’olive en Bag-in-box, un contenant innovant et pratique

medium_BIB_3L_msm.jpg

Cet emballage innovant préserve de l’oxygène et de la lumière, garantissant une conservation pendant 18 mois. Au fil des soutirages, le robinet empêche l’air de rentrer et la poche souple se rétracte en suivant exactement la consommation du produit.
D’une grande facilité d’utilisation, on appréciera son côté pratique, sa légèreté, qui permet de le transporter aisément. Entièrement recyclable, le Bag-in-box Moulin Saint-Michel est 100 % écologique.

Le Bag-in-box existe en 3 litres et 5 litres
(huile fruitée, AOC Provence et AOC Vallée des Baux)

Commander nos huiles d'olive

Vente par correspondance, commandes par Internet

Moulin Saint Michel
Cours Paul Revoil
13890 Mouriès, Provence
Tél. 04 90 47 50 40, Fax 04 90 47 58 72
contact@moulinsaintmichel.com

Ou bien vous adresser à nos importateurs pour les pays suivants…

USA : Francvin
300 East 34 TH street
Suite 33C - New-Yorc NY 10016 - USA
contact@francvin.com

Canada : Désir de Provence
Robert Valois - 435 Avenue Mercille Saint Lambert
Quebec Canada - J4P216
robertvalois@desirsdeprovence.com

L'Olivier, l'Olive, l'Huile d'Olive…

L'OLIVIER (Olea Europea) est une Oléacée.

La culture de l'olivier remonte à 3 000 ans avant J.-C., en Palestine, Syrie et Phénicie et c'est en Grèce qu'elle s'est surtout répandue. Puis elle s'étend vers l'Égypte sous le Nouvel Empire, vers la Sicile, la Sardaigne et l'Italie, puis la Provence. On la trouvera dans toutes les provinces du pourtour de la Méditerranée sous l'Empire Romain. Aujourd'hui, près de 2 000 variétés d'oliviers sont cultivées dans le monde, dont une centaine en France. C'est un arbre à feuillage persistant qui a besoin de beaucoup de lumière, toute l'année, pour donner naissance à des fruits. Sa durée de vie est éternelle, grâce à sa capacité naturelle de régénération (par des rejets racinaires). Très résistant à la sécheresse, il craint par contre les excès d'eau. Il aime les sols “pauvres”.

Sa résistance au froid est relativement faible. Les jeunes oliviers de moins de 5 ans supportent mal des températures inférieures à - 8 °C. Les arbres adultes souffrent à partir de - 12 °C. L'olivier est donc particulièrement adapté aux climats de type méditerranéen. L'olivier peut vivre en pot très longtemps et à peu près partout. Il faut simplement le placer dans un lieu bien éclairé et chauffé lors des grands froids (en dessous de - 5 °C). Son entretien est à la portée de tous...


DE LA FLEUR A L'OLIVE...


La floraison
Après une taille bien conduite, les nouvelles pousses apparaissent en avril. Jusqu'en juin, selon les terroirs, c'est la floraison. Les grappes de fleurs blanches éclosent mais seulement cinq fleurs sur cent donneront un fruit : l'olive.

La nouaison
En juin commence, pour les fleurs fécondes, la nouaison (c'est-à-dire le moment où le noyau du fruit durcit peu à peu). La pulpe du fruit, appelée “drupe”, devient charnue.

La véraison
Les olives sont d'abord vert acide, puis vient la véraison, moment où le ton du vert des olives évolue ; les olives
sont vert tendre, et tournent du vert plus soutenu au violet à l'automne, et au noir enfin, en hiver.
NB : toutes les olives passent du vert au rouge puis au noir. Vulgairement, il n'existe pas d'arbres à olives vertes et d'arbres à olives noires.

La cueillette
“À la Sainte Catherine, le 25 novembre, l'huile est dans le fruit”. Plus la maturation avance, plus le fruit s'enrichit
en huile. De novembre jusqu'en février, c'est le temps de récolter les olives à huile. La récolte se fait toujours à
la main pour les branches les plus basses. Le gaulage du faîte des arbres permet de ramasser les olives sur de
grandes bâches tendues ou des filets. La main-d'œuvre qu'exige ce type d'opération est importante : un cueilleur
ou une cueilleuse récoltera de 60 à 240 kg d'olives par jour !
NB : tout est manuel à la cueillette. Tout au plus on utilise des “vibreurs” pour bouger les branches et ramasser
un peu plus vite !

Un arbre produit en France, s'il est correctement élevé et suivant les terroirs, de 5 à 50 kg d'olives par an, mais
il n'est véritablement productif que tous les deux ans. C'est un arbre capricieux...


LA FABRICATION DE L'HUILE D'OLIVE

L'huile d'olive est un produit naturel aussi parce que sa fabrication est d'une simplicité exemplaire : lavage,
broyage, pressurage, décantation, stockage. Autrement dit, on prend l'olive, on la presse et on en recueille le jus
(huile + eau de végétation). Ensuite on sépare. Et c'est fini. L'huile d'olive, c'est donc un pur jus de fruit, 100 %
naturel.

• Lavage
Triées préalablement pour éliminer les brindilles et les feuilles, les olives sont lavées. Il y a déjà plusieurs “écoles”
(n'oubliez jamais qu'il fait froid quand on ramasse les olives en octobre, novembre, décembre et même parfois
janvier ! et le froid ne facilite pas l'extraction).

• Broyage et malaxage
Le broyeur broie les olives (évidemment non dénoyautées : le noyau de l'olive contient un antioxydant, véritable
conservateur naturel). La pâte onctueuse qui est obtenue est malaxée et devient très homogène.

• Extraction
Chaîne continue.
La pâte malaxée est véhiculée dans un appareil appelé décanteur. Il permet la séparation des phases solides
(pulpe et noyau, appelé grignon) et des phases liquides (eau de végétation des olives et huile, appelé margine).

• Centrifugation
La centrifugation permet de séparer l'eau de végétation de l'huile.
L'huile obtenue est l'huile d'olive vierge.

• Stockage
L'huile d'olive est immédiatement stockée dans des cuves en inox afin d'éviter l'oxydation. Une fois
embouteillée, l'huile d'olive doit être conservée à l'abri de la chaleur et de la lumière et consommée de
préférence dans les deux ans.

CLASSIFICATION DES HUILES D'OLIVE

Vierge Extra :huile d'olive dont l'acidité oléique se situe entre 0 % et 0.8 %
Vierge :acidité comprise entre 0.8 % et 2 %

FRUITÉ NOIR, FRUITÉ VERT ET FRUITÉ MUR...

Chaque récolte confère aux huiles d’olives des goûts, des couleurs, des arômes différents, créant ainsi un
caractère typique et original pour chacune d’elles. Terroirs, périodes de récolte, assemblages, savoir-faire des
mouliniers... nos huiles offrent des goûts différents.

Le Fruité Vert
Les arômes des huiles d'olive "Fruité Vert" sont dominés par les sensations herbacées. On peut y trouver des
arômes d'artichaut cru et de divers fruits verts. D'un point de vue structure, ces huiles peuvent présenter de
l'amertume ou/et de l'ardence (piquant de l'huile) qui témoignent de la bonne fraîcheur des olives au moment de
la trituration.

Le Fruité Mûr
Les huiles au "Fruité Mûr" proviennent d'olives récoltées plus tardivement. On y trouve des arômes d'amande,
des arômes de fruits jaune ou rouge : prune, fruits exotiques, pomme mûre, des arômes floraux. Ces huiles sont
généralement peu amères et peu ardentes.

Le Fruité Noir
Se distingue des 2 premiers car il ne présente aucun caractère des fruits frais, ni d'aspect végétal. Ceux-ci ont
cédé la place à des sensations plus évoluées au cours d'une étape de fermentation contrôlée des olives (stockage
en grenier par exemple), associée au processus de trituration, conformément à certaines pratiques traditionnelles.
Cette opération confère au fruité des notes de cacao, de champignon, de vanille, de fruits confits et fait disparaître
l'amertume. Une légère ardence peut toutefois subsister.

LA CONSERVATION DE L'HUILE D'OLIVE

Une huile sortie du moulin (à partir du 15 novembre environ) évolue assez rapidement. Durant les deux premiers
mois, ses saveurs secondaires s'affirment. Une huile “verte”dont les olives ont été broyées tout de suite après la
récolte (sans stockage de 2 ou 3 jours) va beaucoup changer en 6 mois. Elle va mûrir. De manière générale, une
huile se conserve au maximum deux ans.

Mais nous, nous aimons l'huile nouvelle. Elle est très ardente. Mais elle offre un goût hors du commun. Et nous avons
des recettes traditionnelles somptueuses : salade frisée, aïoli, pâtes fraîches, légumes secs (pois chiches, lentilles)...

Conditions idéales de conservation
Placez votre bouteille dans un endroit frais (entre +15 °C et +18 °C) et à l'abri de la lumière. Il faut éviter les
variations de température qui nuisent à son goût. Si vous la stockez à moins de 8 °C, elle va se figer et présenter
un aspect trouble. Dans des conditions moyennes de conservation, sa teinte devient plus pâle au bout d'un an et
elle commence à perdre ses arômes.


L'HUILE D'OLIVE ET L'APPELLATION D'ORIGINE PROTÉGÉE (AOP)


L'Appellation d'Origine Protégée (AOP), plus connue en France sous le nom d'Appellation d'Origine Contrôlée
(AOC), désigne la dénomination d'un produit dont la production, la transformation et l'élaboration doivent avoir
lieu dans une aire géographique déterminée avec un savoir-faire reconnu et constaté.
L'AOP certifie une qualité particulière liée à l'origine et au mode de production traditionnel, car les critères
d'enregistrement sont précis.

Le cahier des charges est établi par le groupement de producteurs qui “dépose” le dossier. Il comprend :
• le nom (comprenant l'appellation d'origine ou l'indication de provenance),
• la description du produit comprenant les matières premières et les principales caractéristiques du produit,
• la délimitation de l'aire géographique,
• les éléments prouvant que le produit est originaire de l'aire géographique,
• la description de la méthode d'obtention du produit,
• les éléments justifiant le lien avec l'origine géographique,
• les références concernant la ou les structures de contrôle,
• les éléments spécifiques de l'étiquetage liés à la mention AOP.

L'HUILE D'OLIVE AU QUOTIDIEN

En réalité, il n'existe pas une huile d'olive, mais des huiles d'olive. Comme pour le vin, l'huile d'olive a ses crus : du vert chartreuse à l'or pâle, l'huile d'olive peut être douce ou fruitée, avoir un goût puissant ou léger, un nez floral ou herbacé, être ronde ou ardente... C'est toute une gamme d'arômes, de goûts et de saveurs avec lesquels il faut apprendre à “jouer”.

LES BONS MARIAGES, de l'entrée au dessert

Comme élément de la sauce vinaigrette avec un excellent vinaigre de vin vieux ou un jus de citron.
• assaisonnement des salades vertes (chicorée, frisée, scarole, mesclun...)
• assaisonnement des salades composées (salade niçoise, provençale au riz, taboulé à la menthe, salade de pâtes
fraîches au basilic)

Comme élément des sauces émulsionnées froides
• aïoli, rouille...
• en accompagnement des soupes de poisson, de la bouillabaisse, de l'aïoli, des terrines de poissons de roche,
des gambas et des langoustines grillées...

Pour la cuisson des poissons sautés et grillés
• steak de thon “provençale”, rouget grillé, daurade grillée au fenouil, escalope de Saint-Pierre à l'oseille, dos de
saumon à la fondue d'endive, loup grillé aux herbes...

Pour la cuisson des coquillages et des crustacés
• queues de langoustines sautées en tapenade, escalopes de Saint Jacques à la fondue de tomate au basilic...
• réalisation des sauces crustacées (sauce américaine), des bisques...

Pour la cuisson des viandes blanches et de l'agneau
• noix de veau poêlée au céleri à l'italienne
• médaillon de veau au citron et à l'huile d'olive
• râble de lapereau au romarin pâtes au basilic
• noisettes d'agneau sautées à la crème d'ail
• carré d'agneau rôti à la fleur de thym, gratin à la provençale...

Pour la cuisson des légumes méditerranéens
• ratatouille niçoise, bohémienne de légumes
• pétales de tomates confites à l'huile d'olive
• aubergines, courgettes, poivrons sautés
• gratins, flans, tians de légumes
• courgettes rondes, fleurs, pâtissons farcis
• compote de fenouil, fondue de tomate.

Pour relever la saveur de légumes crus
• artichauts
• choux-fleurs
• carotte...

Pour relever la saveur de légumes cuits à la vapeur
• pommes vapeur
• brocolis, choux-fleurs
• artichauts, pointes d'asperges...

Pour réaliser une “marinade instantanée” destinée à parfumer des poissons grillés ou des crustacés sautés ou frits
• rouget, sole, loup grillé
• moules, praires, palourdes, coquilles Saint-Jacques

Pour empêcher les pâtes fraîches de coller et les parfumer
• ajouter un peu d'huile d'olive à la pâte et dans l'eau de cuisson, et ne pas les rafraîchir.

Pour réaliser certains entremets typiques
• cake aux olives
• entremets façon Madeleine
• crumble aux pommes

Enfin, l'huile d'olive se marie harmonieusement avec l'ail, la fleur de thym, la sarriette, le romarin, le basilic, la
ciboulette...

L'HUILE D'OLIVE ET LA SANTÉ

La consommation de l'huile d'olive vierge participe à la prévention des maladies cardio-vasculaires, elle joue
également un rôle au niveau de la digestion, de la motricité intestinale, du développement osseux et dans la
protection contre l'apparition des certains cancers.
Afin de profiter pleinement des bienfaits de l'huile d'olive sur la santé, sa consommation doit être replacée dans
le cadre du régime méditerranéen.

Déclinaisons autour du goût “fruité vert”

• Douce et élégante avec de délicates tonalités de petits fruits verts, notre huile AOC Vallée des Baux-de-Provence offre une palette aromatique d'une exceptionnelle finesse.

• Avec son goût plus prononcé, une attaque assez franche et une petite pointe ardente en fond de bouche, notre huile fruitée dévoile des saveurs puissantes.

• Notre Picho’ est une gourmandise produite en petite quantité, issue uniquement de la trituration d’olives de variété Picholine. Sa typicité s’exprime par l’alliance originale de saveurs ardentes et onctueuses.

 

medium_coffret_3r.jpg

 

L'huile d'olive, définitions

L'huile d'olive est la matière grasse extraite des fruits de l'olivier lors de la trituration dans un moulin à huile. C'est un corps gras fréquemment utilisé dans la cuisine méditerranéenne. Ses caractéristiques organoleptiques varient en fonction du terroir et des pratiques agronomiques, de la variété (ou cultivar), et du stade de maturité à la récolte.

L'huile d'olive peut être utilisée aussi bien crue (dans des sauces pour salade ou à la place du beurre dans les pâtes par exemple) que cuite (pour la cuisson de viandes ou de légumes ou pour la friture).(…)

Elle a des propriétés bénéfiques pour la santé, notamment sur le plan cardio-vasculaire, grâce à sa teneur en vitamine A, vitamine E et en acides gras monoinsaturés. Les bienfaits liés aux vitamines sont surtout observés lors de consommation d'huile froide, comme dans les salades, car les vitamines sont détruites au-delà de 40 °C. Par rapport aux autres acides gras insaturés, l'huile d'olive est assez stable à la cuisson et garde en ce cas ses effets bénéfiques sur le cholestérol. Elle est la matière grasse de base du régime méditerranéen (ou régime Crétois).

L'huile d'olive est connue depuis la plus haute antiquité : les Grecs et les Romains l'utilisaient déjà pour leur cuisine et pour leurs produits cosmétiques, ainsi que les Hébreux, à l'époque où le Temple existait, pour allumer leur chandelier.

Aujourd'hui, c'est un produit de consommation courante, mais les amateurs choisiront des bouteilles dont le prix rivalise parfois avec les grands vins. En effet, plusieurs huiles d'olives sont classées en AOC.



Dégustation

Les caractéristiques organoleptiques sont regroupées en trois rubriques pricipales :

• Goût : l'amertume est le seul goût que peut présenter l'huile d'olive, on en détermine l'intensité à la dégustation.

• Arômes : L'ensemble des sensations aromatiques d'une huile constitue son fruité, on en détermine l'intensité à la dégustation, sa catégorie (fruité mûr, fruité vert, fruité noir) et sa description analogique (rappelle la pomme, la tomate…).

• Sensations kinesthésiques et tactiles : une huile d'olive peut présenter une sensation spécifique, l'ardence (ou piquant), et des différences d'onctuosité. On détermine l'intensité du piquant à la dégustation, l'onctuosité peut faire l'objet de commentaires, mais il n'existe pas d'échelle organoleptique pour cette sensation.

Aucune des sensations ci-dessus n'est considérée comme un défaut. Les défauts reconnus par les professionnels sont: le rance (oxydation), le moisi, le chomé (fermentation excessive des olives en tas), le lies (fermentation des particules de pulpe dans les huiles non filtrées avec ou sans sédimentation). Ces défauts ont comme point commun dans leurs origines une attention insuffisante portée à la qualité des travaux, et dans leurs conséquences une disparition des attributs amer et piquant.

 
Composition

L'huile d'olive est composée d'environ 99 % de matières grasses. Le 1 % restant constitue les composés mineurs ; il s'agit essentiellement (par ordre d'importance) : du squalène, des alcools triterpéniques, des stérols, des phénols, et des dérivés du tocophérol.

La matière grasse de l'huile d'olive est composée de triglycérides. Ceux-ci sont constitués d'acides gras de différentes sortes, dont la répartition est caractéristique de l'huile d'olive, et à un niveau de détail plus poussé, des différentes variétés ou du lieu de production. Lorsque des triglycérides sont dégradés, les acides gras qui les constituaient sont détachés et errent librement dans l'huile: il sont alors dits «acides gras libres». Leur pourcentage dans l'huile est ce que l'on appelle «acidité» de l'huile, et s'exprime en grammes d'acide oléique libre pour 100 grammes d'huile. Cette acidité ne se perçoit jamais sous forme de goût acide, mais sous la forme de telle ou telle dégradation, comme par exemple un goût de moisi.


Étiquetage

Au niveau du commerce de détail, il n'existe que deux catégories d'huiles d'olive vierges: huile d'olive vierge extra (HOVE) et huile d'olive vierge (HOV). La catégorie huile d'olive vierge extra est supérieure selon des critères chimiques et des critères organoleptiques. L'acidité libre (voir plus haut) est limitée à 0,8% pour l'HOVE alors qu'elle peut atteindre 2,0% pour l'HOV. Les paramètres d'oxydation sont aussi légèrement plus sévères. Au niveau des critères organoleptiques (évalués par un jury approprié), l'HOVE est exempte de défauts, alors qu'une HOV peut comporter des défauts tels que lies ou chomé jusqu'à un niveau de 2,5 sur une échelle de 10 points.

Il existe des catégories d'huiles d'olive vierges inférieures (courante et lampante), mais celles-ci ne peuvent pas être destinées au consommateur et sont réservées au négoce ou à l'industrie.

Il existe aussi des huiles d'olives obtenues par raffinage industriel, puis commercialisées, après assemblage avec de l'HOVE ou de l'HOV, sous la dénomination: huile d'olive composée d'huiles d'olive raffinées et d'huiles d'olive vierges. Ces huiles sont de moins en moins fréquentes dans le commerce de détail.


Modes d'obtention

On peut trouver deux types de mention concernant le mode d'extraction: première pression à froid et extraction à froid. Ces deux mentions garantissent une extraction réalisée en dessous de 27°C. La mention première pression à froid spécifie que l'huile a été obtenue avec des presses, matériel en très forte régression, progressivement remplacé par des systèmes continus et centrifuges, conduisant à la mention extraction à froid.
 

Provenance

La mention d'une provenance n'est pas obligatoire (sauf cas très particuliers). Elle n'est que facultative et n'est donc généralement présente que si elle représente une valorisation. Les mentions de provenance autorisées sont limitées à la mention du pays d'origine, ou d'une aire géographique reconnue (AOC, AOP, DOP, IGP). On ne peut donc pas exiger la mention du département ou de la région s'il ne s'agit pas d'une aire d'appellation (par exemple il est interdit de mentionner "huile d'olive du Var" ou "huile d'olive d'Andalousie" car ces régions ne correspondent pas à des appellations enregistrées. La mention du pays de provenance (respectivement "huile d'olive de France" et "huile d'olive d'Espagne") peut cependant apporter la garantie nécessaire. L'absence de mention signifie que le vendeur n'a pas d'avantage à la mettre.


Choix d'une huile

Les catégories d'huiles (vierge, vierge extra) ne peuvent pas beaucoup aider le consommateur, car on ne trouve quasiment que de l'huile d'olive vierge extra dans le commerce. Comme pour le vin, seule une connaissance minimale des grands traits de qualité et des typicités pourra appuyer le choix du consommateur. La confiance dans l'étiquetage peut être engagée dans les mentions de provenance claires et explicites, car ces mentions sont contrôlables et contrôlées; mais ni un point de vente ni une adresse dans une région de grande notoriété oléicole ne prouvent une provenance. Les véritables fraudes sont très rares (autre chose que de l'huile d'olive vierge dans la bouteille) car facilement détectables et sévèrement punies. Par contre, les "arnaques" sont fréquentes, toutes basées sur la méconnaissance de l'étiquetage par le public. Elles consistent tout simplement à présenter des huiles d'olives vierges quelconques dans des emballages valorisants, faisant éventuellement allusion à une région particulière à grande notoriété, ou bien dans un environnement chargé d'autenthicité (marché, foire régionale, stand de bord de route en région, etc), et l'imagination du client fait le reste. Dans ces cas, les bouteilles ne comportent aucune mention de provenance, et il n'est donc pas facile de réprimer ces actes. Pour se prémunir, le client doit simplement chercher la mention du pays d'origine ("Produit d'italie", "Huile d'olive de France"), éventuellement une dénomination d'origine (AOC, AOP, DOP, IGP) afin de vérifier sa croyance), l'absence de mention prouvant qu'il s'agit d'un assemblage sans provenance définie.

Dans les grands magasins non spécialisés (type supermarché), on pourra s'orienter comme suit :

• du prix le plus bas (environ 4,5 €) à environ 9-10 € le litre, on a des assemblages sans provenance définie, souvent constitués d'huiles espagnoles et italiennes en proportions variables, et la qualité est, approximativement, proportionnelle au prix. La confiance peut être engagée dans la marque du fabriquant ou du distributeur qui met sa notoriété en jeu. Les grands noms constituent donc une garantie. Il est possible cependant de trouver des huiles excellentes et moins chères parmi les marques marginales.

• au-delà de 10 €, on trouve des huiles avec une origine garantie par une dénomination de provenance, pays ou région. Chaque aire géographique donne une huile particulière et chacun doit trouver l'huile qui lui convient. Il faut donc obligatoirement goûter, car on a la même diversité que par exemple pour les vins, pour lesquels on ne peut pas dire qu'une appellation est meilleure qu'une autre. En GMS, les prix les plus élevés sont d'environ 7,5 € les 25 cl, et le rapport qualité/prix peut être très bon.

Dans les épiceries fines, traiteurs, cavistes : les huiles n'affichant pas de provenance par une mention claire et précise sont à éviter, même si le vendeur soutient qu'il s'agit bien d'un produit typique de telle ou telle région, s'étant fait abuser lui-même par son fournisseur ayant une adresse dans une région de grande notoriété. Il s'agit généralement d'huiles identiques aux premiers prix des grandes surfaces, mais dotés d'un emballage valorisant ou de mentions attractives mais non contrôlables (sélection, garantie, grande qualité, etc). Par contre il est possible de trouver des huiles de producteurs n'ayant pas les volumes nécessaires pour fournir les grands magasins, la preuve d'authenticité devant toutefois être apportée par une mention précise de provenance (pays, aire d'appellation) sur l'étiquette principale.

Dans les magasins spécialisés en huiles diverses ou huiles d'olives: il n'y a généralement dans ce type de magasin que des huiles de provenance authentifiée par un étiquetage approprié. On peut généralement y trouver un grand choix d'huiles de toutes provenances, et les vendeurs connaissent bien les produits et peuvent faire déguster le client afin de connaître ses préférences.

Sur les marchés de provence et magasins régionaux des régions touristiques, de nombreux commerçants utilisent le cadre local et la crédulité des clients pour vendre des produits sans provenance définie, au prix de 4 ou 5 fois leur valeur. Il n'y a pas de provenance indiquée sur l'étiquette, et par conséquent aucun moyen de lutte possible contre cette escroquerie. Elle ne peut être réduite que par une meilleure connaissance du produit par les clients. Les huiles de provenance précisée sur l'étiquette sont de plus en plus présentes, mais toutefois toujours moins fréquemment que les précédentes. Bien évidemment, il est très risqué d'acheter une huile sans étiquette.

Dans les moulins à huile des zones de production et auprès des producteurs : les escroqueries y sont rares. L'acheteurs doit rester vigilant sur la présence de la mention précisant le pays ou l'appellation d'origine, les tromperies étant réalisées avec des huiles étrangères. L'huile française la plus chère est produite par un oléiculteur de la région de Grasse, qui la vend au prix de 70 € le litre.


Production mondiale

La production mondiale d'huile d'olive s'est élevée à 2,72 millions de tonnes (source FAO).

Les quinze pays suivants représentent 99,5 % du total : (en tonnes)

   1. Espagne : 1 179 100 (43,3 %)
   2. Italie : 550 000 (20,2 %)
   3. Grèce : 367 000 (13,5 %)
   4. Maroc : 180 000 (6,6 %)
   5. Turquie : 180 000 (6,6 %)
   6. Syrie : 60 000 (2,2 %)
   7. Tunisie : 60 000 (2,2 %)
   8. Algérie : 45 000 (1,7 %)
   9. Portugal : 29 000 (1,1 %)
  10. Jordanie : 27 977 (1,0 %)
  11. Argentine : 10 000 (0,37 %)
  12. Libye : 6 800 (0,25 %)
  13. Liban : 5 300 (0,19 %)
  14. Croatie : 4 500 (0,17 %)
  15. France : 4 000 (0,15 %)

La France importe plus de 95% de sa consommation, environ 90.000 tonnes, principalement d'Espagne, d'Italie et de Grèce. Elle ré-exporte cependant une part de ses introductions vers la Belgique, les États-Unis, l'Allemagne, où la consommation a très fortement augmenté ces dernières années. Les exportations d'huiles d'olives françaises sont mineures.

Il existe en France quatre Appellations d'origine protégée (AOP), selon la législation européenne. Ce sont les suivantes:
• Huile d'olive de Nyons
• Huile d'olive de la Vallée des Baux-de-Provence
• Huile d'olive d'Aix-en-Provence
• Huile d'olive de Haute-Provence

Il existe aussi trois Appellations d'origine contrôlées (AOC), qui sont en cours de demande pour la reconnaissance en AOP :

• Huile d'olive de Nice
• Huile d'olive de Corse
• Huile d'olive de Nîmes


Source
Wikipédia, l’encyclopédie libre